Pourquoi choisir des restaurations esthétiques collées sur les dents postérieures?

Depuis le début des années 60, la qualité des techniques et des matériaux adhésifs s’est grandement améliorée.

Aucun autre système de restauration n’a probablement fait l’objet de recherches si intenses et si sérieuses dans le domaine entier de la dentisterie, et cela, depuis de nombreuses années.

Aucun des matériaux métalliques conventionnels ne peut satisfaire toutes ces exigences.

Avec l’amalgame, des fissures et fractures de la dent ou du matériau de restauration lui-même, et des discolorations étaient et sont encore des problèmes «quotidiens».

Le matériau de restauration idéal doit satisfaire certains critères essentiels et assurer différentes fonctions :

  • Permettre une approche très conservatrice pour la réalisation des cavités
  • Redonner à la dent une morphologie et une résistance mécanique optimales,  nécessaires à la fonction
  • Assurer l’adaptation aux niveaux des bords et des interfaces afin d’éviter toute récidive de caries, atteintes pulpaires ou des sensibilités dentinaires
  • Être biocompatible avec les tissus sous-jacents
  • Assurer une grande longévité.

Les préparations pour obturations en or, surtout au niveau des prémolaires, sont trop mutilantes et provoquent un sacrifice excessif de substances dentaires saines. Les protocoles cliniques pour les restaurations en or sont particulièrement exigeants, et les récidives de caries sont très fréquentes sous les inlays de qualité médiocre.

D’autre part, le caractère inoffensif de l’amalgame et des autres métaux placés dans la bouche est de plus en plus controversé, malgré l’absence de preuve scientifique faisant autorité.

Par exemple, les patients préoccupés par la toxicité du mercure et les problèmes d’écologie en viennent à refuser les matériaux et techniques traditionnels.

Cependant et mis à part leurs défauts inhérents, il est évident que les matériaux placés par des opérateurs adroits peuvent se prévaloir d’un succès à long terme.

Obtenir un aspect naturel et restaurer la fonction est le dernier défi à relever et peut-être le plus exigeant concernant les restaurations postérieures.

Il est devenu le souci majeur des patients et des dentistes. Les techniques et matériaux adhésifs actuels permettent de traiter esthétiquement la plupart des dents postérieures avec un succès hautement prévisible, pour autant que le système de restauration soit judicieusement choisi.

Logique des techniques de restauration esthétique

Aucun système de restauration ne peut être appliqué de manière idéale à chaque situation clinique avec un succès certain. C’est donc au clinicien qu’incombe la responsabilité de choisir les matériaux et la technique adaptés à chaque cas.

Les techniques de dentisterie restauratrice pour dents postérieures peuvent être classées en trois groupes:

1. Les «techniques directes», ne comportant que des procédures intrabuccales réalisées en une seule séance

2. Les «techniques semidirectes» comportant des étapes intrabuccales et des étapes extra-buccales pour réaliser au fauteuil des restaurations scellées de manière adhésive

3. Les «techniques indirectes» nécessitant plusieurs séances et la collaboration d’un laboratoire de prothèse.

Cette terminologie (techniques directe, semi-directe et indirecte) est intéressante car elle simplifie et éclaire la classification des nombreuses procédures en fonction de leurs indications. Chacun doit choisir celle qui lui convient le mieux.